Existe-t-il un type racial judaïque ?

On vient de voir que le peuple juif, branche du peuple hébreu, s’était divisé en deux grands courants, qui, par la suite, se sont rejoints, niais qui se laissent encore bien différencier historiquement.Il est, cependant, de nombreux peuples (comme, par exemple, le peuple suisse, le peuple des Etats-Unis), qui ne possèdent pas un type racial (c’est-à-dire corporel, physique ou somatique)
qui les caractérise.Existe-t-il donc un type propre au peuple juif pris dans son ensemble, ou bien faut-il en croire ce qu’affirmait péremptoirement un savant juif, Salomon Reinach, en 1903 (dans La prétendue race juive, Paris, Durlacher, p. 16) : « I l n’y a jamais eu de race juive ; il n’y en a pas ; il n’y en aura pas. »Nous pouvons d’ores et déjà nous inscrire en faux contre cette affirmation osée et déclarer fermement qu’il existe un type racial juif.

Fig. 1. — type d’araboïde non-juif

avec lequel le type juif sephardim a des accointances

: charpente déliée, tête et face allongées,

nez étroit et haut, souvent aquilin.

Mais le facies est austère, à l’encontre de la

bouffissure lascive du masque juif.

Fig. 2. — type d’armenoïde non-juif

avec lequel le type juif ashkénazim a des

accointances : charpente trapue, tête large,

grand nez plongeant. Tous les portraits suivants

sont ceux d’individualités juives.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire